logo_ores_et_audace
Belledonne - Panorama sur le glacier Freydane et le Grand pic de Belledonne depuis le col de Freydane

BELLEDONNE | 3 jours de bivouac sur les plus hauts cols de Belledonne

Belledonne, un terrain de jeux de 70 kilomètres à parcourir pour un week-end ou plus. Entre cascades, lacs et pics acérés, ce massif offre des environnements naturels très variés. Nous avions pour objectif de le découvrir plus en profondeur. De plus, notre projet de traverser la Suisse en 37 jours arrivant à grands pas, nous voulions en même temps, tester notre endurance sur des dénivelés plus importants. Pour cela, nous nous programmons un itinéraire costaud. En plein mois de juillet, nous savions que nous allions rencontrer de la neige au niveau des cols. Pas de véritable contrainte … Rien de dangereux, mais une belle randonnée au cœur des Alpes en perspective!

Distance : 44,4 km                  Durée : 3 jours                   D+ / D- :  4123 mètres                   Autonomie complète

Jour 1 - BELLEDONNE
Des lacs Robert au lac Blanc

Distance : 15,1 km

D+ : 1560 mètres

D- : 800 mètres

Durée :  8h54 de marche

Topo : Départ du virage de Casserousse au pied des pistes de Chamrousse. Monter le long de ces dernières puis bifurquer à gauche pour rejoindre les lacs Robert. Suivre alors la direction du refuge de la Pra. Quelques centaines de mètres plus loin, emprunter le chemin allant à droite vers le lac David qui offre une vue plus panoramique sur la vallée. Ensuite, continuer sur le sentier qui longe le flanc de la montagne jusqu’au lac du petit Doménon. À partir d’ici, la trace devient plus évidente, d’autant que le col de Freydane est en vue. Attention à ne pas prendre à droite vers la croix de Belledonne après les deux lacs. Passé le col, descendre de 400 mètres jusqu’au glacier de Freydane, puis poursuivre au lac Blanc. De nombreux emplacements de bivouac sont disponibles.

belledonne - Zone du lac David

Départ du bas des pistes de Chamrousse vers 8h30. Nous sommes tout excités de débuter ce trek après une si longue période de pause. Nous voilà enfin dans les montagnes à faire quelque chose que nous aimons tant. Les premiers 250 mètres sont vite avalés. La horde de moustiques qui nous poursuit nous y incite. En 1h30, nous voilà aux lacs Robert. Là, nous entrons dans   le vrai  Belledonne. Les paysages de la chaîne commencent à se révéler. Après une barre de céréale Cliff – on ne peut plus s’en passer ! , nous prenons la direction du refuge de la Pra. En fin de matinée, le temps se gâte. La brume remonte le long des flancs des montagnes. Nous décidons donc d’emprunter un sentier dans les hauteurs en direction du lac David. Nous espérons avoir une vue dégagée sur toute la vallée malgré les nuages.  

Nous continuons notre route vers le refuge de la Pra. Initialement, le sentier descend jusqu’au refuge puis remonte pour rejoindre un second sentier. Ne voulant pas faire ce détour, nous traverserons un pierrier. Un chemin était indiqué sur notre carte. En vérité, nous ne l’avons jamais trouvé… Pas sûr que cet itinéraire fantôme nous ai fait gagner du temps. Perdre de l’énergie, ça, c’est certain ! Malgré tout nous atteignons le lac du petit Doménon puis le grand Doménon, enclavés entre les pics acérés totalement enneigés. Nous ne savons pas encore si le col de Freydane sera accessible avec nos maigres équipements. Quelques centaines de mètres plus loin, nous sommes fixés. Il y a une épaisse couche de neige sur 200 mètres de dénivelé pour atteindre le col. En pleine réflexion, nous croisons un groupe qui a renoncé et fait demi-tour. Après avoir consulté nos cartes et le pourcentage de la pente, nous ne voyons pas de danger majeur. Nous nous lançons en gardant à l’idée que l’arrière du col, exposée nord, pourrait être encore plus encombré.  

Le début ne présente pas de difficultés particulières bien que la pente soit raide. Il est temps d’enfiler nos petits crampons. Il ne s’agit pas d’un équipement d’alpinisme. Ces modèles de crampons sont adaptés aux chaussures de randonnée classique et sont utile pour éviter de glisser lorsque la neige est gelée. Ils ont l’avantage d’être légers et rapides à enfiler – plus de renseignement sur la page Équipement –. 

Avant d’atteindre le col, une famille de trois bouquetins, dont un petit, apparaît sur une arête. Ils descendent quelques barres rocheuses et atteignent le névé où nous sommes. Silencieux, nous les regardons passer à quelques dizaines de mètres, puis repartir vers les sommets. Arrivés au col, nous découvrons une nouvelle vallée du massif. Les pentes face à nous sont encore bien chargées. Depuis la croix du grand pic de Belledonne, la neige recouvre le glacier de Freydane et descend si loin dans la vallée que nous n’en voyons pas le bout. Quelques minutes de contemplation et nous repartons, toujours dans la neige. Nos pieds commencent à être mouillés. Note pour plus tard: acheter des guêtres !

Devant nous se présente une pente à +/- 30°. Une idée nous vient: utiliser les housses de pluie de nos sacs en tant que luge pour descendre plus rapidement . Un premier test très concluant ! Nous voilà partis pour 200 mètres de descente, un pur moment de plaisir! – Je précise que nous n’avons pas foncé tête baissée. Avant de nous lancer, nous avons vérifié où se trouvait le glacier et d’éventuelles roches émergentes –. Nous arrivons donc rapidement au lac Blanc où de nombreux emplacements de bivouac sont disponibles. Nous mangeons rapidement et contemplons le soleil se coucher avant de prendre un repos bien mérité.

Belledonne - La neige et la glace encore presente sur le lac du petit domenon
Belledonne - Glace sur le lac du Grand Domenon
Belledonne - Eclaircie sur la glace du Grand Domenon
Belledonne - Col de Freydane Bouquetin avec son petit
Belledone - Col de Freydane avec un cabri dans la neige
Belledonne - Col de Freydane
Belledonne - le lac blanc sous le glacier de Freydane

Jour 2 - BELLEDONNE
Du Lac Blanc au col du Loup

Distance : 17,1 km

D+ : 1700 mètres

D- : 1762 mètres

Durée : 11h 20 de marche

Topo : Au départ du lac Blanc, un chemin part tout de suite sur la droite à travers les falaises. Il est difficile à trouver. Si vous n’avez pas le pas sûr, absteniez-vous ! Ce sentier est très exposé malgré les mains-courantes. Passer au dessus du refuge Jean Collet, puis poursuivre direction Nord-est vers le col de la Mine de Fer. Descendre ensuite au lac de Crop en contrebas, et continuer jusqu’à 1710 mètres alt. Prendre le chemin remontant vers le Sud et la cabane Habert de Jarlons. Poursuivre jusqu’au refuge Jean Collet. Suivre les panneaux jusqu’au Habert du Mousset pour une remonter par une pente très forte sur 500 m. D+ jusqu’au col de Sitre. Le dernier objectif de la journée est alors en vue: le col du Loup. Ne reste alors plus qu’une descente de 150 mètres vers un replat au dessus du lac du Crozet qui permet d’être séparé de l’agitations y régnant en été.

Belledonne - Notre zone de bivouac en dessous du Pic Couttet

Qu’il est agréable de se réveiller au milieu des montagnes ! On ne se lasse jamais du silence. Méthodiquement, nous rangeons nos affaires et partons pour une bonne journée. Le chemin qui traverse la falaise est difficile à trouver. Après long moment, nous apercevons du coin de l’œil, une main-courante. À flanc de montagnes, nous crapahutons sur un sentier très escarpé. Jusqu’au col de la Mine de fer, plusieurs troupeaux de bouquetins avec leurs petits vagabondent dans les pentes. Bien que la saison des naissances soit entre mai et juin, nous n’en avions encore jamais vu en si grand nombre. Les observer progresser dans les rochers avec une facilité déconcertante est toujours un vrai bonheur.

Là-haut, la partie nord du col est recouverte d’un grand névé. Comme vous pouvez l’imaginer, nous testons une seconde fois notre nouveau moyen de locomotion préféré. À la fin de la langue de neige, nous nous figeons sur place. Une vingtaine de bouquetins mâles se tiennent quelques mètres plus haut. Précautionneusement, nous montons sur un surplomb pour mieux les contempler. Surprise ! Nous découvrons une dizaine d’autres individus juste en contrebas de la petite falaise où nous sommes assis. Nous prenons du retard sur l’itinéraire, mais impossible de décocher le regard de cette parade sauvage.

Belledonne - belle rencontre de bouquetin sur un chemin expose
Belledonne - Famille de bouquetin dans les pentes
Belledonne - moment privilegie avant un bouquetin

Après cette parenthèse animalière, nous poursuivons notre route vers le lac de Crop. La descente est une succession d’ennuyeux lacets, mais la magnifique Chartreuse d’en face fait le spectacle. Vers 14h, nous arrivons à la cabane Habert des Jarlons et en profitons pour manger. Nous n’avions pas prévu de mettre autant de temps pour arriver jusqu’ici. Et nous ne sommes qu’à la moitié de la journée. Nous accélérons donc le rythme afin d’espérer arriver avant le coucher du soleil. En 1h30, nous dépassons le refuge Jean Collet pour nous retrouver en contrebas de LA côte de la journée. 500 mètres de lacets droit dans la pente. Le rythme se charge de faire fonctionner nos jambes. 1h plus tard, nous sommes au sommet, les cuisses en feu. Petite pause, puis il faut vite repartir. Nous passons un dernier col encore enneigé puis débutons la descente finale vers notre campement. La fatigue commence à se faire sentir. Les genoux et les plantes des pieds sont douloureux. Nous garderons néanmoins notre rythme jusqu’à la fin, l’objectif étant de manger devant le coucher du soleil sur la Chartreuse

Une dernière pause pour apprécier la vue et nous voyons une tache lointaine venir vers nous. Encore un bouquetin ! Mais celui-ci a un comportement étrange. Il se dirige droit vers notre position de manière lente, mais régulière, sans agressivité, comme s’il cherchait quelque chose. Sans trop nous poser de question, nous repartons, mais celui-ci se rapproche de plus en plus. Nous nous écartons du chemin pour le laisser passer.  Prudent, il nous contourne et va se positionner sur un rocher à seulement 3 mètres. Il nous fixe. Personne ne bouge. Nous restons là, à nous observer mutuellement. Après un long moment, il repart en direction du lac du Crozet puis bifurque vers les falaises. Une rencontre qui marque une journée pleine d’émotion!

Belledonne - Habert du mousset
Belledonne - Flancs enneigees du Rocher de l'Homme

Jour 3 - BELLEDONNE
Cascade de L'Oursière par le lac du Crozet

Distance : 12,9 km

D+ : 472 mètres

D- : 1201 mètres

Durée :  5h36 de marche

Topo : Descendre jusqu’au Lac du Crozet, puis suivre le chemin remontant direction Sud-Est jusqu’au refuge de la Pra. Prendre direction lac Merlant. A celui-ci, bifurquer à gauche. S’en suis une suite de virage en épingle puis un replat qui mène au début de la forêt. Passer devant plusieurs chute d’eau dont la cascade de l’Oursière. Continuer la descente jusqu’à un pont. Quelques centaines de mètres plus loin, prendre à gauche et remonter jusqu’à la cabane A. Bonnet puis jusqu’au parking.


Il est possible de retrouver le sentier de l’allée en passant par les lacs Robert. Avec cette option, vous ne passerez pas par la cascade de cascade de l’Oursière qui vaut particulièrement le détour au printemps.

Le soleil n’est pas encore levé, mais nous sommes déjà sur le qui-vive. Le parcours du jour est une longue descente vers la civilisation. Nous atteignons rapidement le refuge du col de la Pra où de nombreux randonneurs commencent à émerger. Une petite barre Cliff en guise de petit-déjeuner! Sur la suite du chemin nous constatons que nous sommes sur la mauvaise rive de la rivière. Avec la fonte des neiges, le courant est plus important et a submergé le sentier traversant. Nous suivons le cours d’eau jusqu’à trouver des rochers assez proches pour traverser sans risque.

La plupart du temps, nous aimons descendre à un rythme plutôt soutenu. Cela fait moins mal aux articulations. Au milieu de la forêt, nous sommes stoppés net par la magnifique cascade de l’Oursière. À la fin du printemps, son débit est toujours très impressionnant. Pour ajouter encore à sa splendeur, cette dernière est également encadrée par d’immenses parois de roche noires où s’agrippe la végétation. La fin de la journée se fera sans encombre, heureux et satisfaits d’avoir complété notre parcours et d’avoir découvert un peu plus du massif de Belledonne.

belledonne - Fleur inconnu n'hesitez pas si vous savez

Sur cette carte, vous retrouverez l’itinéraire complet et nos zones de campement.

Matériel trekking

– Sac Osprey Aether AG 60L

– Bâton de marche

– Chaussure La Sportiva Pyramid GTX

Vêtement:

– 2 paires de chaussette Crew light cushion

– 1 paire de chaussette épaisse (nuit)

– 1 slip

– 1 t-shirt

– 1 sous-couche technique en laine mérinos

– 1 polaire Mammut Aconcagua light

– 1 doudoune Pataginia nano-air

– 1 veste hardsell Arcteryx Alpha FL

– 1 bonnet Carhartt Anglistic Beanie

– 1 pantalon Salomon Wayfayer

– 1 short Patoginia Bayou

– 1 paire de gants ski Black Diamond

Camping

– Tente MSR Hubba Hubba NX

– Duvet Valandre Bloody mary

– Oreiller Sea to Summit aeros premium

– Matelas Thermarest NeoAir Xlite

– Réchaud MSR WindPro II

– Filtre à eau Sawayer

Nos autres Micro-aventures

Nos Expéditions

2 réponses

  1. Bonjour,

    Les temps de trajet sont-ils ceux que vous avez effectué ou un temps indicatif ? Quand je randonne avec visio rando je suis toujours 3h plus rapide sur 9h de marche…

    Le deuxième jour a 11h de marche me semble énorme ! En sois c’est possible de l’équilibre avec le troisième jour plus léger non ?

    Au niveau de la neige c’est quand même faisable pour le commun des mortels ? Est-ce que vous avez un modèle de crampons pas cher a conseillé ? (J’ai vu les votre a une 60aine d’euros mais ça fait cher pour mon budget étudiant
    ..)

    Merci pour votre réponse !

  2. Bonjour, je vous remercie pour ce parcours que j’ai effectué sur ce week-end de 3 jours avec mon frère en bivouac, le parcours est fabuleux est jonché de lacs et de rivières, très pratique pour l’approvisionnent en eau. Les endroits où planter la tente sont magnifiques, proches des lacs et au milieu des bouquetins toute la soirée !
    Nous avons pu effectuer la randonnées sur le timing suivant. J1 en 6H / J2 en 8H30 et J3 en 4H30 environ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *